Contact : Cécile - 06 23 07 30 65

Le Studio

Présentation

Studio Italiano est né en 1998 par l'association d'un photographe passionné et de sa collaboratrice Cécile Ricci.

Dans leur entreprise, ils savent allier rigueur, authenticité, complicité, complémentarité, professionnalisme et confiance.

Confiance que leurs clients ont bien voulu leur concéder.

Remerciements sincères, donc, à tous nos modèles qui nous ont permis de dévoiler leurs photos même les plus intimes.

"Etant photographe, je me dois d'être tour à tour styliste, technicien, psychologue… d'être créatif, inspirateur ou agitateur. Je dois être là au bon moment, me fondre aux événements, tout en gardant suffisamment de recul.
Vigilant, exigeant, perfectionniste, parfois fort, parfois doux, je deviens pilote ou athlète, à la fois discret et omniprésent. Mon métier exige d’être en avance sur son temps, d'être l’homme et la femme, constamment à l’affût de l’instant magique, et quand ce moment arrive, je dois être prêt à le saisir. Etre photographe, c’est être tout cela à la fois et plus encore, à chaque instant, tout le temps…"

Walter Deliperi Biographie

...C’est à l’age de cinq ans que j’ai commencé à jouer avec la lumière..

Chaque été, ma maison  d’enfance était barricadée. Au mois d’août dans le sud de la Sardaigne, le soleil  tape généreusement: il était hors de question de jouer dans la cour. Enfermés, sieste pour tout le monde: silence oblige. Pas de télé et pas sommeil, jouer dans le silence et dans le noir n’était pas mince affaire. Bien que ma mère avait scrupuleusement pris soin de bien fermer les portes, il y avait toujours des rayons de soleil qui traversaient les vieux volets en bois: comme des faisceaux laser, la lumière s’engouffrait tout au long du couloir...Il ne m’en fallait pas plus pour faire l’association avec les couverts de table en acier. Avec ces spots  magiques, à plat ventre dans le couloir : à ma gauche la fourchette et le couteau, à ma droite la grosse et la petite cuillères. Les reflets étaient vifs et les figures projetées bien marquées. Le plafond sombre du couloir se transformait en un théâtre d’interminables combats de vaisseaux spatiaux scintillants au formes les plus étranges et variées avec comme unique trêve le passage d'un nuage ...

1977-1984-  « Il a une capacité élevé dans l’expression pictographique à laquelle il dédie chaque instant de sont temps libre à l’école »

Je m’en souviens comme si c’était hier: à l’école, je dessinais tout le temps!. Et puis la découverte du premier livre, un vrai livre, avec la première photo: l’effet fut immédiat! Le dessin à coté de la photo me paressait "obsolète".
Par la suite, ce fut le dessin technique qui me passionna: la ultra précision des lignes, les cercles, les parallèles et les angles...un millimètre d’écart et tout était à refaire! Je me voyais déjà architecte!! Mais à l’époque je rêvais aussi d'être astronaute!

1985-1988- Un flou artistique..

De modestes études, un travail saisonnier et un désir d’ expressions artistiques toujours présent. La peinture, la musique, la sculpture, le sport, la danse, le chant, l’écriture: seule une baguette magique m’aurait tiré d’affaire! L’art, un vrai casse-tête!! Une direction professionnelle artistique sans une conviction intrinsèque ne me satisfaisait pas vraiment. Il n’y avait qu’une solutions : procéder par élimination...
Retour au dessin et plus exactement à la peinture à l’huile. Sympa mais...

1988-1991 -  Une rescapée salvatrice

Je m'engage donc dans l'armée de terre pendant trois ans à L'école Militaire du Commissariat Administratif de Maddaloni (Caserte). Suivirent différents périples à travers toute l’Italie ( dans les Abruses,en Calabre, en Sicile,en Venetiee, et à Rome... ) comme chauffeur et photographe officiel pour les opérations militaires et les cérémonies diverses et variées. C’est au tout début de cette période que j’ai eu le vrai coup de foudre pour la photographie. A l’époque, lors de mes déplacements, je voulais faire quelque photos pour les envoyer à ma mère: les cartes postales des différents lieux où je me trouvais ne reflétaient jamais l’âme ni la beauté des sites: je les trouvais toujours ratées ! Avec mon appareil photo compact, rouge j’étais bien décidé à résoudre ce problème: face au Colisée, en pleine nuit, au milieu du trafic, un simple clic, le flash, ...ce n’était pas  si compliqué que ça! La déception fut énorme: face à la totalité des photos ratées, je me suis senti totalement  ridicule et de surcroît naïf! Heureusement, dans le tas, une seule vue prise parfaitement au hasard demeurait intacte: cadrage, couleur, lumière...une vraie miraculée! C’est à ce moment là que mon esprit curieux fit son chemin...

1991-1998 - Enfin, les Retrouvailles !

Me voilà congédié de l’armée pour poursuivre désormais le projet de photographe. Trois ans d’ expérimentation photographique m’ont permis d’apprendre les bases. L'amour me catapulte en France où j’ai fait la découverte du Noir et Blanc. Se profile devant moi une longue, riche et frustrante période: devenir photographe oui mais...
Tout d’abord la spécialisation. Pas le choix: il fallait procéder par élimination. J’ai photographié les compétitions de rallye, de moto-cross, de cyclisme, de formule 3; J'ai goûté à  la photo animalière, sous marine, au reportage journalistique, aux natures mortes...Tout était très passionnant, mais que choisir pour en faire un métier par la suite?... En attendant, dans tous ça, c’est la découverte du Noir et Blanc qui me passionnait le plus: des heures et des heures de prise de vue et de labo à perfectionner les techniques de développement et de tirage: ici je retrouvait enfin, comme à l'âge de cinq ans, les sensations de la maîtrise de la lumière...

1998 -  La concrétisation d'un de mes rêves... La création de "Studio Italiano"

Il y a un sujet qui malgré tout revenait sans cesse, l'Humain. Ce qui me fascine le plus c’est de constatr le plaisir et l’envoutement que les gens éprouvent à être photographiés. Il y a un vrai échange entre le photographe et la personne photographiée. De la sorte que deux danseurs se laissent scander par le rythme de la musique. Avec le Noir et Blanc désormais dans la peau, le choix s'est fait très naturellement! Photographier l’Homme, la Femme, l’Enfant, grand, petit, maigre, gros, souriant, timide extravagant, la question était: suis-je capable de les photographier?

Le défis est pour moi d’une importance capitale et je m’y attelle à chaque prise de vues. Mis à part les enfants qui sont faciles à photographier (il suffit de saisir leur spontanéité!), le modèle adulte reste pour moi, et à chaque fois un défi majeur. Studio italiano est né sous cette ambition là.

Quand et pourquoi venir à notre rencontre ?

Par Amour :
Un mariage, un pacs pour immortaliser une journée de conte de fées, un enterrement de vie de jeunes filles ou de garçons pour s'amuser, un book sexy pré-nuptial pour surprendre son futur époux.

Par Tradition :
Une majorité, nos 18 ans, une dizaine, nos 10, 20, 30, 40, 50, 60, 70, 80 ans, pour étoffer un patrimoine iconographique de famille, intemporel que le noir et blanc sait conférer.

Par Beauté :
Une grossesse, une naissance, une intimité entre l'enfant et sa mère, pour fixer sur papier ce que les souvenirs finiront par faire évaporer.

Par Emotion :
Une vie de famille avec ses complicités et ses joies pour savoir rire et sourire lorsque le temps est passé.

Par Amitié :
Une occasion de faire plaisir sans raison particulière juste pour faire du bien.

Par Désir :
Un couple qui se découvre ou se connait, pour s'étonner, se divertir, se prouver, se dépasser pour que la routine n'aie pas le dernier mot.

Par Renaissance :
Une nouvelle vie s'offre à nous, pour retrouver la confiance en soi, se valoriser, s'aimer à nouveau.

Comment se déroule une séance photo ?

La prise de vues chez Studio Italiano n'a rien de comparable avec la ''pose'' des traditionnelle photos de famille, ou des vitrines ''classiques'' de photographes.

La séance se passe en trois temps. La première demi-heure est consacrée à un cour de technique de poses, la deuxième, à l'initiation aux jeux de poses et le troisième tempo est la prise de vues en elle-même: le/la/les modèles s'expriment devant l'objectif toujours sur les conseils et les recommandations du photographe.

Grâce à sa sensibilité, sa psychologie, et son savoir-faire et ses vingt ans d'expérience, Walter a le pouvoir de faire déclencher en vous une véritable rencontre émotionnelle instantanée.

L'expression de son art est adaptée bien évidemment à l'émotivité et à la réceptivité de chacun.

Les modèles peuvent éventuellement prévoir une tenue ou des accessoires qu'ils désirent ou laisser libre cour à la création et à l'inspiration de Walter.

Dans tous les cas, quel que soit votre capacité au lâcher-prise, vibrations, émotions et plaisir sont assurés pendant et après la séance photo parce que vous aurez vécu un moment magique!

Les professionnels nous ont fait confiance

Evénementiel

PARFUMERIE DOUGLAS

De 1999 à 2004, Studio Italiano a fait ses débuts à la Parfumerie Douglas! A l'occasion de la fête des Mères et de Noël, nous étions présents pour dynamiser l'espace de vente et faire participer la clientèle. Des centaines de femmes ont ainsi partagé le cours accéléré de technique de poses animée par Walter.

BASTA COSI

A l'occasion du premier aniversaire de Basta Cosi à Villeneuve-lez-Avignon, Studio Italiano a animé le "Brunch à l'Italienne". Ont participé couples, familles, enfants et solos!!

Expo

Exposition à Photo Labo Service, 1 rue Henri Fabre Avignon Intra-Muros.

Pendant la séance photo de couple,lorsque je travaille, je concentre toute mon énergie pour débarrasser mes clients des contradictions qui polluent leur existence, pour leur dévoiler un nouveau regard sur eux-mêmes.

Je leur propose de s'exprimer sans le poids d'aucune dictature, sans jugement , sans critique.

Je les invite à jouer, sans peur et sans angoisse.

Je représente donc un regard libre qui les libèrent des chaînes de la morale, de la pudeur, de leur éducation, et de l'institution.

Mariages à l'Italienne est la mise en scène de cette liberté, cette liberté insolente que j'aime. La liberté que l'on désire mais qui parfois nous paralyse. La liberté de nos rêves, celle que l'on recherche tous, celle qui se présente pourtant un jour devant nos yeux et que l'on a tant de mal à voir, à regarder, à apprivoiser, et à accepter...

Mariages à l'Italienne, c'est ma liberté!

La presse parle de nous

La Provence - Cloé POMBO
AVINEWS - Sophie MOULIN

Walter Deliperi est un amateur du beau. En tant qu’Italien c’est presque un pléonasme à l’entendre parler. C’est aussi ce qu’il recherche à révéler quand il fait des photos. « Mon but c’est de faire des images plus belles que l’image que vous avez de vous et que vous donnez de vous », confie l’artiste à l’accent chantant. Des photos classiques (famille, mariage…) mais aussi érotiques. Walter en a fait sa spécialité. Seul (e) ou en couple, monsieur et madame tout-le-monde peuvent se faire tirer le portrait, se dévoiler devant l’objectif du pro qui n’a pas son pareil pour mettre à l’aise ses clients.

Pour autant la séance n’est pas forcément dénudée, « chacun a sa propre conception de l’érotisme, à moi de la révéler, de la réveiller, de créer des réactions émotionnelles pour que la personne se découvre. » Pour cela, Walter s’adapte à chacun pour mettre ses sens en éveil pour arriver au lâcher prise. « On n’y arrive pas en claquant des doigts, il faut un contexte favorable, quitter la vie réelle, le manteau du quotidien avec tous ses tracas pour aller vers autre chose de moins naturel, pour se révéler piano piano. »

Retrouver une certaine confiance en soi

Tout le monde a un côté érotique à exploiter, il faut juste « trouver l’alchimie » entre le photographe et le (s) modèles pour faire sauter tous les verrous. « C’est comme un tango, chacun exprime ce qu’il ressent, improvise, joue et plus on joue plus on a envie de jouer. Mon métier c’est d’exalter votre image pour que vous puissiez vous dévoiler à vous-même ou à l’autre dans le cas des couples. »

De plus en plus de femmes et de couples osent franchir le pas d’une séance avec Walter. Si seulement 5% des modèles ont en tête des photos érotiques, 98% des personnes qui franchissent la porte de son studio repartent avec avec une série de clichés dénudés. Il faut dire que Walter a l'art de vous mettre en confiance, sublimer le potentiel érotique qui sommeille en chacune de nous. Fin psychologue il sait qu’une photo, et encore plus une photo teintée d’érotisme, peut être une excellente thérapie pour retrouver une certaine confiance en soi.

Propos recueillis par Sophie Moulin

AVINEWS - Delphine Michelangeli

Éveil des sens Avignon/Walter Deliperi, le militant de l’érotisme

Le photographe propose aussi bien des portraits classiques de famille ou de mariage que des photos coquines de femmes, hommes et couples

Besoin de réactiver le désir au sein de votre couple ? Envie de vous sentir belle et sexy ? Offrez-vous une séance photo chez Walter Deliperi, spécialisé en prises de vue érotiques. Un artiste photographe, italien ça va presque de soi, qui développe son travail en deux volets. Classique avec les portraits de famille ou de mariage, érotique avec des photos coquines de femmes, hommes et couples. « Ce qui m’intéresse, c’est l’intensité émotionnelle de l’image. Ces émotions sont la composante essentielle de l’érotisme ». Pour détendre ses client (e) s, il « redéclenche le plaisir du jeu pour le transformer en énergie et comme Einstein le disait, cette énergie devient le moteur de la libido ».

"Certains ne montrent que leur épaule. À moi de faire naître la sensualité"

Sa méthode ? « J’ai un plaisir à voir les autres s’exprimer librement. Je “détaboutise” le sujet. Je suis un militant de l’érotisme et je mets mon talent au service de cet art. C’est une vraie responsabilité, les gens me confient leur intimité ».

Et rassurez-vous, pas besoin de se mettre totalement à nu, « l’érotisme, ça peut être dans un regard, une vibration. Certains viennent avec des accessoires, d’autres ne montrent que leur épaule. À moi de faire naître la sensualité ». Cécile, l’associée de Walter, vous présentera ensuite une planche de ces « moments magiques » et vous n’aurez plus qu’à choisir les tirages noir et blanc (25 € le tirage 18 x 24 cm) que Walter effectue lui-même. « Les gens voient une image d’eux qu’ils ignorent, très positive, qui fait du bien. C’est de l’ordre d’une analyse presque ». Une idée de cadeau pour Noël (50 € minimum) car selon Walter « pour faire plaisir à votre femme soit vous lui offrez un diamant soit vous la faites briller avec des photos d’art ».

Propos recueillis par Delphine Michelangeli

Les Petites Affiches de Vaucluse - Mireille Hurlin

Walter Délipéri est sans doute le seul photographe de sa génération à camper sur ses positions. Il a installé son atelier, Studio italiano, au 9 rue Armand de Pontmartin, dans Avignon Intramuros. Walter travaille beaucoup le noir & blanc, un peu la couleur à condition de n’opérer qu’en argentique. Son piquet est fameux et son parti pris décoiffant : de l’humain, encore de l’humain et toujours de l’humain. Pour privilégier l’essentiel : soi, dans cette vie là, ici et maintenant !

"Etre plutôt qu'avoir"

« Chez le médecin, on se déshabille parce qu’on est souffrant. Chez le psy, on se met à nu parce qu’on ne va pas bien. Chez moi, on se déshabille et on se met à nu parce qu’on se sent bien, explique, Walter Délipéri, photographe italien d’adoption avignonnaise. Dans mon studio, c’est toute la vie qui s’incarne sur la pellicule : du bébé de quelques semaines, à la jeune-fille qui se transforme, au jeune-homme qui se fait homme, à la femme solo qui s’assume, au couple pressé de s’accomplir, à la femme qui inscrit neuf lunes en son sein, à la famille qui pose avec son chien dans un grand éclat de rire, aux retraités graves qui savent que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Mes clichés reflètent de vraies valeurs. Des personnes qui revendiquent ce qu’elles sont, sans entraves. J’ai le privilège de capturer cette magie où l’âme affleure à la peau, où la beauté se montre à la faveur d’un rayon de lumière. C’est un moment qui demande du courage. Où l’on convoque le bonheur de se réaliser, de s’accepter tel que l’on est. Cette confiance en soi que l’on n’arrachait à aucun instant de sa vie, s’est installée. Alors la vie se met à couler, parce qu’on ne ment pas et que l’on s’accepte tel que l’on est. J’ai choisi d’être photographe pour capturer cet instant. Un photographe populaire qui revendique des clichés que l’on ne voit pas ailleurs. C’est mon sceau ! »

Propos recueillis par Mireille Hurlin